Aidone
Print Friendly
Aidone e l'Etna - Erminio Gattuso

Selon de nombreux habitants d’Aidone, la ville n’est pas seulement caractérisée par son patrimoine culturel, tangible et intangible. Aidone ne fait qu’un avec le paysage qui l’entoure et qu’elle domine : Aidone, c’est ce paysage, mélangé à la façon de faire de ses habitants, très enclins à l’accueil, à l’ouverture, à la cordialité. Un lieu qui n’est pas fait seulement de pierres : paysage humain et paysage naturel se rejoignent, se fondent, se présentent au visiteur. Cela peut sembler exagéré, mais venir à Aidone et vous imprégner de son climat vous montrera que tout ceci est vrai : cette ville est prête à surprendre, à raconter et à accueillir. C’est sans doute parce qu’elle est plongée au cœur des monts Héréens ; c’est sans doute parce que tout autour, on trouve à perte de vue des bois et des champs labourés, des vallées et des collines. C’est aussi sans doute parce qu’au-delà des vallées et de la plaine sous-jacente, la ville s’incline face à l’Etna. C’est sans doute parce qu’elle est si proche de Morgantina, qu’elle représente un rare cas à portée de main permettant de comprendre en un seul coup d’œil comment on vivait au temps des Romains ; c’est aussi le dialecte gallo-italique, la nourriture des lieux, et l’air qu’on y respire. C’est sans doute la prédisposition historique de cette ville à l’accueil, même en temps de guerre. Oui, c’est sans doute tout cela, tout cet ensemble, qui fait qu’Aidone est une destination unique, permettant de comprendre le sens de l’arrière-pays sicilien.
Le moment où l’ancienne Ayn-dun (source d’eau) jaillit près de Morgantina (Herbita)n’est pas établi avec précision. L’historien Tommaso Fazello fait remonter à la période normande et au départ des Arabes (XIe-XIIe siècles) la fondation du centre habité, doté d’une forteresse (le Château, « U Castdazz ») et d’une basilique. Est-ce que ce sont les colons lombards, arrivés en Sicile avec le comte Roger d’Altavilla, qui la fondèrent ? Ce qui est certain, c’est que le dialecte local est indubitablement gallo-italique, ce qui fait d’Aidone une « commune lombarde », avec Sperlinga, Piazza Armerina, Nicosia, S.Fratello, Novara sicula, Patti et Montalbano. Aujourd’hui, voir Aidone signifie visiter son bourg et les héritages de sa toponymie et de son urbanisme arabisant (quartiers Menzagno, Giresi, Mirenna), mais aussi le riche musée archéologique qui accueille notamment la « Dea di Morgantina » (déesse de Morgantina), sans compter les églises et les rues. Mais cela signifie surtout jouir de ce paysage fait d’hommes, d’histoire et de vues : voilà son aspect le plus palpitant.

  Click to listen highlighted text! Selon de nombreux habitants d’Aidone, la ville n’est pas seulement caractérisée par son patrimoine culturel, tangible et intangible. Aidone ne fait qu’un avec le paysage qui l’entoure et qu’elle domine : Aidone, c’est ce paysage, mélangé à la façon de faire de ses habitants, très enclins à l’accueil, à l’ouverture, à la cordialité. Un lieu qui n’est pas fait seulement de pierres : paysage humain et paysage naturel se rejoignent, se fondent, se présentent au visiteur. Cela peut sembler exagéré, mais venir à Aidone et vous imprégner de son climat vous montrera que tout ceci est vrai : cette ville est prête à surprendre, à raconter et à accueillir. C’est sans doute parce qu’elle est plongée au cœur des monts Héréens ; c’est sans doute parce que tout autour, on trouve à perte de vue des bois et des champs labourés, des vallées et des collines. C’est aussi sans doute parce qu’au-delà des vallées et de la plaine sous-jacente, la ville s’incline face à l’Etna. C’est sans doute parce qu’elle est si proche de Morgantina, qu’elle représente un rare cas à portée de main permettant de comprendre en un seul coup d’œil comment on vivait au temps des Romains ; c’est aussi le dialecte gallo-italique, la nourriture des lieux, et l’air qu’on y respire. C’est sans doute la prédisposition historique de cette ville à l’accueil, même en temps de guerre. Oui, c’est sans doute tout cela, tout cet ensemble, qui fait qu’Aidone est une destination unique, permettant de comprendre le sens de l’arrière-pays sicilien. Le moment où l’ancienne Ayn-dun (source d’eau) jaillit près de Morgantina (Herbita)n’est pas établi avec précision. L’historien Tommaso Fazello fait remonter à la période normande et au départ des Arabes (XIe-XIIe siècles) la fondation du centre habité, doté d’une forteresse (le Château, « U Castdazz ») et d’une basilique. Est-ce que ce sont les colons lombards, arrivés en Sicile avec le comte Roger d’Altavilla, qui la fondèrent ? Ce qui est certain, c’est que le dialecte local est indubitablement gallo-italique, ce qui fait d’Aidone une « commune lombarde », avec Sperlinga, Piazza Armerina, Nicosia, S.Fratello, Novara sicula, Patti et Montalbano. Aujourd’hui, voir Aidone signifie visiter son bourg et les héritages de sa toponymie et de son urbanisme arabisant (quartiers Menzagno, Giresi, Mirenna), mais aussi le riche musée archéologique qui accueille notamment la « Dea di Morgantina » (déesse de Morgantina), sans compter les églises et les rues. Mais cela signifie surtout jouir de ce paysage fait d’hommes, d’histoire et de vues : voilà son aspect le plus palpitant.

 


RÉSERVATION EN LIGNE

Scopri le strutture ricettive con il marchio di qualità del Distretto e riservati il posto migliore.

Prenota Online

visite coupon

Scopri le offerte pensate per te.

Prenota Online