Caltagirone
Print Friendly
Varie 1 - Fine Art Produzioni
Connue comme la « ville de la céramique », Caltagirone est située sur un territoire qui domine les deux plaines de Catane et de Gela, juchée parmi les monts Héréens et Hybléens. Elle fut pendant plus de deux millénaires la citadelle privilégiée des Byzantins, des Arabes, des Génois et des Normands.
Son origine antique a pour témoins des pièces de monnaie et des documents artistiques qui l’identifient comme l’un des plus importants centres sicanes et sicules. Des témoignages monumentaux de ce passé éloigné se présentent au visiteur : les nécropoles préhistoriques des quartiers Rocca, Montagna, Salvatorello, Pille, les anciennes habitations de San Mauro, Altobrando, Piano Casazze, etc. Des pièces rares racontent les dominations romaine, byzantine et arabe, dont la ville fut temporairement libérée en 1030 grâce aux Génois. Revenue sous le joug musulman, Caltagirone fut conquise par Roger Ier de Sicile (connu également comme le Grand comte Roger le Normand), à l’aube du 25 juillet 1090, jour où l’Église catholique célèbre le martyre de saint Jacques le Majeur. Le comte attribua sa victoire à l’intervention de ce saint : Caltagirone le choisit donc comme saint patron, remplaçant ainsi saint Nicolas de Myre. Après les Normands, la ville connut les dominations suédoise et angevine ; les Angevins furent chassés de l’île lors des Vêpres siciliennes.
En 1542, un tremblement de terre détruisit une grande partie de la ville, mais ce fut le séisme du 11 janvier 1693 qui provoqua des dommages écrasants aux habitations : des édifices historiques, des églises et œuvres d’art furent détruits. La reconstruction ne changea pas la structure fin Renaissance de la ville, symbolisée par la crux viarum, constituée verticalement par l’Escalier Santa Maria del Monte et par le Corso, et, horizontalement, par les rues San Giorgio et San Giacomo. Le jeu savant de la perspective et des vues fut utilisé par les architectes de la reconstruction pour donner vie à l’actuel aspect de la ville. Ceci permit au centre historique de Caltagirone de recevoir le titre de Patrimoine de l’Humanité de la part de l’UNESCO, en 2002.
L’histoire de la ville est intimement liée à l’art de la céramique. Ses origines remontent à la préhistoire et son développement traverse toutes les dominations et les cultures qui se sont succédé au cours des siècles. Sa croissance fut favorisée par les nombreuses carrières d’argile et par l’abondance de bois, indispensable pour alimenter les fours.
Le XXe siècle vit l’utilisation de la terre cuite décorative se renforcer dans l’architecture : le cimetière monumental, les villas, les palais et les habitations typiques de la Sicile orientale en sont les témoins. Aujourd’hui encore, les boutiques des artisans céramistes produisent des pièces en faïence, en terre cuite et des figurines traditionnelles ; ainsi, ils reprennent, transforment et innovent cet art. Depuis décembre 2013, la faïence de Caltagirone détient le label Decop (Appellation communale d’origine) : c’est la seule réalité artisanale de ce genre en Italie centrale et méridionale.

 

 

  Click to listen highlighted text! Connue comme la « ville de la céramique », Caltagirone est située sur un territoire qui domine les deux plaines de Catane et de Gela, juchée parmi les monts Héréens et Hybléens. Elle fut pendant plus de deux millénaires la citadelle privilégiée des Byzantins, des Arabes, des Génois et des Normands. Son origine antique a pour témoins des pièces de monnaie et des documents artistiques qui l’identifient comme l’un des plus importants centres sicanes et sicules. Des témoignages monumentaux de ce passé éloigné se présentent au visiteur : les nécropoles préhistoriques des quartiers Rocca, Montagna, Salvatorello, Pille, les anciennes habitations de San Mauro, Altobrando, Piano Casazze, etc. Des pièces rares racontent les dominations romaine, byzantine et arabe, dont la ville fut temporairement libérée en 1030 grâce aux Génois. Revenue sous le joug musulman, Caltagirone fut conquise par Roger Ier de Sicile (connu également comme le Grand comte Roger le Normand), à l’aube du 25 juillet 1090, jour où l’Église catholique célèbre le martyre de saint Jacques le Majeur. Le comte attribua sa victoire à l’intervention de ce saint : Caltagirone le choisit donc comme saint patron, remplaçant ainsi saint Nicolas de Myre. Après les Normands, la ville connut les dominations suédoise et angevine ; les Angevins furent chassés de l’île lors des Vêpres siciliennes. En 1542, un tremblement de terre détruisit une grande partie de la ville, mais ce fut le séisme du 11 janvier 1693 qui provoqua des dommages écrasants aux habitations : des édifices historiques, des églises et œuvres d’art furent détruits. La reconstruction ne changea pas la structure fin Renaissance de la ville, symbolisée par la crux viarum, constituée verticalement par l’Escalier Santa Maria del Monte et par le Corso, et, horizontalement, par les rues San Giorgio et San Giacomo. Le jeu savant de la perspective et des vues fut utilisé par les architectes de la reconstruction pour donner vie à l’actuel aspect de la ville. Ceci permit au centre historique de Caltagirone de recevoir le titre de Patrimoine de l’Humanité de la part de l’UNESCO, en 2002. L’histoire de la ville est intimement liée à l’art de la céramique. Ses origines remontent à la préhistoire et son développement traverse toutes les dominations et les cultures qui se sont succédé au cours des siècles. Sa croissance fut favorisée par les nombreuses carrières d’argile et par l’abondance de bois, indispensable pour alimenter les fours. Le XXe siècle vit l’utilisation de la terre cuite décorative se renforcer dans l’architecture : le cimetière monumental, les villas, les palais et les habitations typiques de la Sicile orientale en sont les témoins. Aujourd’hui encore, les boutiques des artisans céramistes produisent des pièces en faïence, en terre cuite et des figurines traditionnelles ; ainsi, ils reprennent, transforment et innovent cet art. Depuis décembre 2013, la faïence de Caltagirone détient le label Decop (Appellation communale d’origine) : c’est la seule réalité artisanale de ce genre en Italie centrale et méridionale.    

 

 


RÉSERVATION EN LIGNE

Scopri le strutture ricettive con il marchio di qualità del Distretto e riservati il posto migliore.

Prenota Online

visite coupon

Scopri le offerte pensate per te.

Prenota Online