Enna
Print Friendly
Piazza San Tommaso 3 - Fine Art Produzioni

Juché sur un vaste plateau à environ 1 000 mètres d’altitude, Enna est le chef-lieu de province le plus élevé d’Italie. La ville se présente au visiteur comme une immense terrasse naturelle à partir de laquelle il est possible d’admirer le splendide panorama des vallées fertiles qui l’entourent. Les fouilles archéologiques du sommet et des pentes du haut plateau confirment les origines millénaires de la ville, qui ont été transmises par la tradition comme un centre très ancien habité par les Sicanes puis par les Sicules. Au VIIe siècle av. J.-C., ses habitants entrèrent en contact avec le monde de la colonisation grecque ; les nécropoles et les restes de l’enceinte murale de la localité de Spirito Santo en témoignent. Au fil du temps, de conquête en conquête, la ville tomba dans les mains des Carthaginois, puis dans celle des Romains qui, à raison, la définirent comme « Urbs Inexpugnabilis ». Après la décadence de Rome, la ville devint une importante forteresse des Byzantins, qui en firent un point stratégique et de défense, exploitant sa position privilégiée. C’est pour la même raison militaire que les Arabes la conquirent et en firent la capitale d’un émirat. Ils introduisirent de nouvelles techniques d’irrigation. Les Normands, quant à eux, conquirent la ville en 1087 et la fortifièrent ultérieurement, en construisant notamment un château pour défendre la vallée. Par conséquent, l’histoire d’Enna, comme c’est le cas pour d’autres villages de l’arrière-pays, se confond souvent avec les mythes et les légendes. Au bord des rives du lac de Pergusa, parmi les champs de blé jaunissants, les vertes pinèdes et les grottes de Cozzo Matrice, ou encore à la forteresse de Cérès, on assiste aux émouvantes péripéties d’un des mythes les plus fascinants : celui de Proserpine, fille de Cérès, enlevée par Pluton, le roi de l’Hadès (les enfers). Tandis qu’elle cueillait des fleurs sur les rives du lac Pergusa, elle fut emportée sur le char de Pluton et entraînée aux enfers pour devenir son épouse. On raconte que, grâce à l’intervention de Jupiter, Proserpine pouvait remonter à la surface six mois par an, pour revenir ensuite avec Pluton. Cérès faisait alors tomber le froid et le gel pendant les mois d’absence de sa fille, en signe de douleur, et réveillait ensuite la nature au retour de Proserpine sur la terre. C’est ainsi que sont expliqués le froid et le brouillard, que tout visiteur doit prendre en considération en venant à Enna durant l’hiver, mais qui semblent préserver la beauté de la ville contre les signes du temps qui passe. Pour honorer ce mythe, l’Université d’Enna est dédiée à Coré (autre nom de Proserpine).
Terre aimée de Cicéron et de Goethe, Enna enchante encore aujourd’hui les visiteurs, avec son architecture variée, les pierres de ses palais antiques, ses pavés et ses magnifiques églises. Ajoutons à cela une gastronomie extrêmement riche en produits liés à sa tradition agraire et pastorale – notamment le savoureux fromage « piacentino ennese » : comment passer à côté d’une visite de cette silencieuse et agréable petite ville, enveloppée d’un mystérieux brouillard toute une partie de l’année ?

 

  Click to listen highlighted text! Juché sur un vaste plateau à environ 1 000 mètres d’altitude, Enna est le chef-lieu de province le plus élevé d’Italie. La ville se présente au visiteur comme une immense terrasse naturelle à partir de laquelle il est possible d’admirer le splendide panorama des vallées fertiles qui l’entourent. Les fouilles archéologiques du sommet et des pentes du haut plateau confirment les origines millénaires de la ville, qui ont été transmises par la tradition comme un centre très ancien habité par les Sicanes puis par les Sicules. Au VIIe siècle av. J.-C., ses habitants entrèrent en contact avec le monde de la colonisation grecque ; les nécropoles et les restes de l’enceinte murale de la localité de Spirito Santo en témoignent. Au fil du temps, de conquête en conquête, la ville tomba dans les mains des Carthaginois, puis dans celle des Romains qui, à raison, la définirent comme « Urbs Inexpugnabilis ». Après la décadence de Rome, la ville devint une importante forteresse des Byzantins, qui en firent un point stratégique et de défense, exploitant sa position privilégiée. C’est pour la même raison militaire que les Arabes la conquirent et en firent la capitale d’un émirat. Ils introduisirent de nouvelles techniques d’irrigation. Les Normands, quant à eux, conquirent la ville en 1087 et la fortifièrent ultérieurement, en construisant notamment un château pour défendre la vallée. Par conséquent, l’histoire d’Enna, comme c’est le cas pour d’autres villages de l’arrière-pays, se confond souvent avec les mythes et les légendes. Au bord des rives du lac de Pergusa, parmi les champs de blé jaunissants, les vertes pinèdes et les grottes de Cozzo Matrice, ou encore à la forteresse de Cérès, on assiste aux émouvantes péripéties d’un des mythes les plus fascinants : celui de Proserpine, fille de Cérès, enlevée par Pluton, le roi de l’Hadès (les enfers). Tandis qu’elle cueillait des fleurs sur les rives du lac Pergusa, elle fut emportée sur le char de Pluton et entraînée aux enfers pour devenir son épouse. On raconte que, grâce à l’intervention de Jupiter, Proserpine pouvait remonter à la surface six mois par an, pour revenir ensuite avec Pluton. Cérès faisait alors tomber le froid et le gel pendant les mois d’absence de sa fille, en signe de douleur, et réveillait ensuite la nature au retour de Proserpine sur la terre. C’est ainsi que sont expliqués le froid et le brouillard, que tout visiteur doit prendre en considération en venant à Enna durant l’hiver, mais qui semblent préserver la beauté de la ville contre les signes du temps qui passe. Pour honorer ce mythe, l’Université d’Enna est dédiée à Coré (autre nom de Proserpine). Terre aimée de Cicéron et de Goethe, Enna enchante encore aujourd’hui les visiteurs, avec son architecture variée, les pierres de ses palais antiques, ses pavés et ses magnifiques églises. Ajoutons à cela une gastronomie extrêmement riche en produits liés à sa tradition agraire et pastorale – notamment le savoureux fromage « piacentino ennese » : comment passer à côté d’une visite de cette silencieuse et agréable petite ville, enveloppée d’un mystérieux brouillard toute une partie de l’année ?  

 

 

 

 

 


RÉSERVATION EN LIGNE

Scopri le strutture ricettive con il marchio di qualità del Distretto e riservati il posto migliore.

Prenota Online

visite coupon

Scopri le offerte pensate per te.

Prenota Online